Taraudé

 

Je troque un moment mon cyclo-pousse contre le stylo-plume. Dans la banlieue d’Hô Chi Minh Ville, je repense au poirier en fleurs qui, à cette époque de l’année, fait de l’ombre, à Rouen. Et tout d’un coup l’exil me manque affreusement. Le vin, l’hiver, les soirées internationales, au printemps les rhododendrons, et en général, la nouveauté du végétal, les musées, la texture des façades, la joie de n’y rien comprendre, de pouvoir vivre sa vie comme on l’entend. Même à l’exil, on s’habitue, il faut croire. Et ensuite, si l’on s’en retourne, on ne peut plus s’habituer. Doublement puni, cette fois sans solution de repli.

Les racines flottantes, amarrées à l’habitude, je rêve d’une petit île loin de tout. Avec les miens à portée de pédale, et certainement quelques autres qui partagent la même aspiration. Au calme, à la luxure, la volupté du travail manuel. Tout en lenteur, sans moteur ni robot. Et aussi sans littérature, pour pouvoir inventer des contes sans point de comparaison. On ne me comprend pas, ici, je n’ai pas la paix. Je me sens comme l’arbre en pot qui rêve de forêt. Incapable du grand saut.

Et pourtant je sais que je resterai près de ma parentèle. J’honorerai les ancêtres comme il se doit. On ne comprend pas pourquoi je n'exerce pas le métier auquel mes longues et ruineuses études m’ont préparé. Je préfère encore respirer les gaz d’échappement, rétropédaler dans les souvenirs, à la recherche d’une impossible échappatoire. C’est que je ne crois pas aux notions d’architecture que j’ai apprises. Vos buildings, vous pouvez les bâtir vous-même ! Je suis plus à l’aise sous un toit en roseaux, au bord de l’eau, dans le vacarme des vagues à l’âme. Bruit étrange et beau, le ronronnement rassurant de Tara taraude toutes les peurs. 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Texte hors-délai initialement prévu pour l'agenda ironique de mai, dont voici les explications : https://palettedexpressions.wordpress.com/2021/05/03/un-bruit-etrange-et-beau-agenda-ironique/

Commentaires

  1. Merci pour ce texte doux-amer. L'ensemble est très visuel. C'est toujours très agréable de te lire.

    J'ai ajouté le lien de ton texte à la liste des textes à lire.

    RépondreSupprimer
  2. Etrange et beau aussi, ton texte où je reste avec l'image de cabanes en roseaux où il fait bon ronronner

    RépondreSupprimer
  3. Je partage l'avis de Laurence. Je vous ai écrit un commentaire sur son blog, à la suite du vôtre. Au plaisir

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Agenda ironique de juillet 2020

Agenda ironique de juillet 2020 : les textes

L'été la nuit