Dans la rue, un soir de mars :

- Alors la mousmée, elle se défile, non ?

- Alors la mousmée non, mais l’animal diurne, ille se méfie des morsures.

- Alors l’amour demain soir, as usual ?

- Alors l’amour, mon Domi adoré, mon soumis dominé, mon radinou madré, faiseur de loulous, démineur d’anomalies, apprends que nous ne sommes pas des fleurs, nous sommes un incendie. Alors donc demain soir non. Mardi ou samedi, oui.


Au dessert, un con maugrée :

- Légalement au resto U, on reste glamour malgré les règlements à la gomme ou le calamar à l’ananas. 

Mes neurones se colmatent, ma collègue tout en restaurant son gommage, le met stone : « sale gnome de mes deux, trogne de morue, organe de castor, connard, nous sommes le courage l’une de l’autre ».


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce mois-ci, pour l’agenda ironique de mars hébergé par Joséphine, il fallait tenter de réfléchir à partir de deux proverbes féministes sud-coréen (en gras). Nous étions également invités à multiplier chiasmes et anaphores, comme Jésus multiplie les pains dans un livre fantastique. Pour prendre mon inspiration, j’ai ajouté une construction en anagramme, reprenant en deux parties distinctes les lettres des deux proverbes.

Commentaires

  1. Merci ! Econome et efficace, voici les deux slogans bien placés sans réplique, et avec l'humour en règle dans l'agenda.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Agenda ironique de juillet 2020

Agenda ironique de juillet 2020 : les textes

L'été la nuit